• Advienne que pourra

    Je suis amoureuse de ses mots. Leurs saveur fruitées, leurs couleurs vives et granuleuses à la fois, comme sur ces vieilles photos défraîchies, leur goût parfois amer mais toujours juste. A travers ses mots je sens le soleil qui chauffe ma peau, ou bien la désillusion doucereuse d'une triste romance, ou bien le goût acidulé des baisers à la bière. A travers ses mots je me sens vivre. A travers ses mots je le sens loin. Mais encore et toujours, je reviens à Sébastien. Et je t'applaudis des deux mains, et je sent en toi le même douleur que la mienne. Tu as crée un monde, et qu'importe qu'il ne soit pas matériel, il existe et nous pouvons nous y promener. Et je m'y promenerai aussi longtemps qu'il existera, Sebastien, accrochée à ton bras, et cela sera bien réel.


  • Commentaires

    1
    Enkeli
    Lundi 1er Août 2005 à 16:14
    Tartinette !
    Toi z'ici ! Tu nous as manqué...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :